Sélectionner une page

goutte à goutte

Arrosage par goutte à goutte

L’arrosage par goutte à goutte est un luxe que désormais tous les particuliers peuvent s’offrir. De la méthode, un peu de réflexion et votre jardin s’arrosera tout seul. Voici quelques conseils pour réussir l’installation d’un goutte à goutte.

La méthode d’abord

Avant de vous lancer, établir impérativement un plan précis de la configuration des lieux.
En fonction de la source d’eau (eau de la ville, forage, puits), s’assurer que la pression n’excède pas 1,3 bars et que le débit est suffisant. Au besoin, un réducteur de pression permettra un débit linéaire Réfléchir à son goutte à goutte avant de l’installer évite les surconsommations d’eau.
Un réseau d’arrosage dans un potager est différent d’un réseau pour plantes à fleurs ou de celui d’une pelouse. Donc à partir d’une seule arrivée d’eau, il peut être nécessaire de créér plusieurs réseaux.
Tenir compte du type de sol, de la surface à couvrir et de la déclivité du terrain le cas échéant.
Enterrer ou non son installation demande aussi réflexion. Toutes les cultures ne s’y prêtent pas.

Prenons l’exemple d’un jardin de 500 m2 dans lequel doivent cohabiter, une pelouse, un petit potager, un jardin de rocailles et une haie d’arbustes. Soit 4 réseaux différents.

La pelouse (réseau 1, enterré)

La parcelle en L fait environ 350 m2. 2 tranchées ont été percées pour installer le tuyau principal sur une centaine de mètres, ensuite raccord de dérivation en T alimente la partie plus courte. 3 asperseurs projettent une pluie fine sur chaque zone. Les goutteurs ont été choisis pour asperger une zone à 180° pour l’un , orientés à 90° pour les 2 autres; mais tous sont réglables.
Quelle que soit la surface de la pelouse, il faut toujours veiller à ce que l’eau soit « vaporisée » uniformément. En effet le gazon n’a que peu de racines, donc ne peut pas aller chercher l’humidité. dans le sol. C’est uniquement l’arrosage extérieur qui nourrit la plante.
Bon à savoir :
Maintenir une pelouse verte nécessite un arrosage régulier sans pour autant être gourmand en eau. D’où l’importance d’asperseurs pour une répartition uniforme des gouttelettes.

Le potager (réseau 2, hors sol)

L’arrosage enterré est inutile dans un potager. Les plantes potagères vont chercher l’eau dans la terre, elles se nourrissent aux pieds et par les racines.
A partir du tuyau principal, des tuyaux plus petits disposés perpendiculairement à l’aide un T aliment chacun un rang de légumes. Il en existe de pré percés pour goutter sans asperger.
Une vanne manuelle sert à ouvrir ou fermer l’eau à volonté. Ceci est important car tous les légumes n’ont pas les mêmes besoins en eau au même moment. Une installation plus sophitiquée peut intégrer un programmateur.
Bon à savoir :
Un potager s’arrose le matin et/ou le soir ; jamais en milieu de journée.

Le jardin de rocailles (réseau 3, enterré et hors sol)

Toujours à partir de l’arrivée d’eau initiale, le tuyau principal d’un diamètre de 16 mm est enterré sur 30 m. Ensuite un 2ème tuyau hors sol plus fin –4 mm de diamètre – serpente le long de la rocaille. Il est percé de buses, de goutteurs et de raccords capillaires adaptés à chaque type de plante. L’assemblage des pierres recouvre partiellement les tuyaux ce qui les rend pratiquement invisibles, mais ciblent parfaitement chaque végétal.

La haie d’arbustes (réseau 4, hors sol)

Ce dernier réseau est totalement hors sol. Le tuyau longe la clôture et passe entre les arbustes et buissons formant une haie sur 2 côtés du jardin. L’installation est des plus simples avec des goutteurs tous les 5 mètres. Ce réseau est programmé pour arroser la nuit de façon à ne pas affaiblir la pression des autres réseaux.
Bon à savoir :
En période chaude, arroser de nuit est doublement rentable :
Ecologiquement : l’eau sévapore moins vite, les plantes revivent après une journée sous le soleil
Economiquement : la quantité d’eau nécessaire est moins importante la nuit que le jour.
Pensez-y chaque fois que c’est possible !