Sélectionner une page

Les pâtes fraîches “maison”, quel régal !

tagliatelles maisonQuel délice de “fabriquer” ses propres tagliatelles ou spaghetti, rien de plus simple et c’est si bon ! Pour cela il vous suffit de faire votre pâte pour ensuite l’abaisser et la découper à l’aide d’une machine à pâtes, pratique et magique car elle permet d’aplatir la pâte en plusieurs fois en réglant le cran et en réduisant à chaque passage pour obtenir à la fin une pâte souple et fine et ensuite la passer dans l’interstice à découpe de la machine, tout en tournant doucement la manivelle et maintenant les pâtes à la sortie de la découpe de façon à ce qu’elles ne se brisent pas. Machine idéale pour faire toutes les pâtes longues, telles que spaghetti, tagliatelles, lasagnes, linguine… Le résultat sera beaucoup plus savoureux que des pâtes sèches achetés dans le commerce, bien meilleur et bien moins onéreux que des pâtes fraîches du commerce car vous aurez le privilège de les apprécier très peu de temps après les avoir cuisiné et vous ressentirez vraiment cette fraîcheur au cours de votre dégustation ! De plus, vous maîtrisez totalement les ingrédients de base de votre recette et vous pouvez varier vos recettes de pâte, les parfumer au citron ou à l’encre de sèche par exemple, il existe tant de possibilités.
Non seulement vous pouvez varier les ingrédients de base, la recette traditionnelle utilise de la farine ou semoule de blé dur fine, mais vous pouvez aussi faire une pâte à base de riz, plus typée asiatique, ou de la farine de sarrazin, de la farine complète ou en ajoutant de la farine de soja, à cela il suffit d’ajouter des œufs, du sel, de l’eau tiède et de l’huile d’olive (liste d’ingrédients : 300 g semoule fine, 2 œufs, 1 cuillère à soupe d’eau tiède, 1 cuillère à soupe d’huile d’olive, sel et cuillère à café de vinaigre, prévoir de la farine pour la préparation).
Après il suffit de tout mélanger, pétrir pour obtenir une pâte souple et non collante, laisser un peu reposer puis faire des pâtons pour abaisser grossièrement avec les mains et permettre de passer chaque pâtons au laminoir de la machine à pâte à plusieurs reprises, successivement, en réduisant le réglage de l’épaisseur et en n’hésitant pas à replier la pâte sur elle-même, on peut répéter l’opération 5 à 6 fois jusqu’à obtenir de belles bandes, à ce stade la pâte durcit et blanchit grâce au développement du gluten, ce qui lui donne cette bonne tenue à la cuisson.
On passe ensuite les bandes dans le découpoir, on les farine légèrement pour éviter qu’elles ne se collent les unes aux autres puis faites attention de bien les faire sécher étendues sur un linge propre ou sur un séchoir à pâtes (petite astuce ou système D : disposez les sur le dossier ou les bareaux horizontaux d’une chaise recouvert de papier sulfurisé !).
Une fois que vous maîtriserez la recette traditionnelle, rien ne vous empêche de faire preuve de créativité, personnellement, j’ai déjà testé les linguines au citron en ajoutant tout simplement du jus de citron et quelques fins zestes dans la pâte. On peut aussi colorer et “aromatiser” sa pâte à nouille avec de l’encre de sèche (chez le poissonnier), avec des épinards hachés très fins ou du curcuma, avec de la purée ou du jus de betterave, ou des herbes aromatiques comme on le pratique souvent dans la pâte à pizza.

Alors bon appétit et viva la pasta !