Sélectionner une page

broyeur de végétaux

Comment un simple broyage de broussailles produit de superbes légumes.

Les mérites du broyeur de végétaux ne sont pas à démontrer. Mais savez-vous comment produire des légumes avec l’humus obtenu ?

Le broyeur

Léger, maniable et facile à déplacer grâce à ses roulettes, le broyeur à végétaux 2200 watts est l’allié incontestable des espaces de verdure. Il réduit de 15 fois le volume des branchages coupés. Les jardiniers nous demandent souvent s’il existe des applications autres que la transformation en compost.

Voici 2 pistes à expérimenter sans tarder

Petit rappel
le compost obtenu à partir du broyage de broussailles apporte à la terre l’azote et le carbone dont elle se nourrit.

Le paillage

“Pailler” les arbustes et les plantes d’extérieur avec des broyats de branchage conserve l’humidité du sol et ralentit la baisse de température de la terre pendant la période hivernale.

La culture sur BRF

BRF (pour Bois Raméal Fragmenté) est un mode de culture utilisant les résidus de végétaux comme support aux cultures potagères.
Dans les années 60 Jean Pain, écolo convaincu avant l’heure, a mis au point cette forme de culture appelée depuis Méthode Jean Pain avec un succès immédiat.
Comment procéder ?
Broyez vos branchages fraîchement taillés, limitez les résineux à un maximum de 20%, leur acidité nuirait à la bonne pousse des plantes. Répandez sans attendre les copeaux encore verts en couche épaisse (3 cm eviron) à l’endroit où vous souhaitez planter vos légumes. Les champignons, les bactéries contenus dans le bois vont accélérer la fermentation et transformer le broyat en un humus riche en minéraux.
En 2 à 3 mois, la transformation du broyat en humus est achevée, vous allez pouvoir planter vos semis. Il est alors possible soit de mélanger l’humus à la terre pour l’enrichir, soit de planter directement sur l’humus obtenu.

Les points forts :

  • Méthode sans engrais, écologique et très économique.
  • Production rapide d’humus avec pour conséquence l’enrichissement naturel de la terre sur une période de 2 à 3 ans.
  • Selon les régions, l’apport d’eau n’est pas nécessaire. Il est réduit d’au moins 50 % dans tous les cas.
  • Désherbage quasi nul.
  • Les parasites ainsi que certaines maladies spécifiques aux plantes potagères sont réduits voire inexistants.
  • Les déchets végétaux ainsi exploités participent au développement durable.

Les points faibles :

Si vous en trouvez, vos remarques sont les bienvenues !